fbpx

Depuis la réforme du lycée, les modalités du Baccalauréat ont changé : l’examen comporte désormais une part de contrôle continu et une part d’épreuves terminales. Voici un dossier complet sur le Bac reprenant l’historique des réformes du Bac ainsi que toutes les informations essentielles de la session 2022 et de la session 2023 du Bac

Le nouveau Bac 2022

Depuis la réforme du Bac 2021, l’examen national a évolué ces trois dernières années et a connu de nombreux ajustements comme la suppression des épreuves communes (anciennement appelées E3C) et l’apparition des enseignements de spécialité. Désormais, l’épreuve du Baccalauréat est évaluée sur les deux dernières années de Lycée. Il faut donc deux ans pour préparer l’examen final. 

Le contrôle continu en Première et en Terminale 

Le Bac se compose désormais de 40 % de contrôle continu et de 60 % d’épreuves terminales.

Le contrôle continu en Première

Le contrôle continu repose sur la moyenne annuelle de Première dans chacune des matières du tronc commun : 

  • Histoire-géographie
  • LVA et LVB
  • EPS 
  • Enseignement scientifique
  • Enseignement moral et civique 

Le coefficient final appliqué est de 6 (3 en Première et 3 en Terminale) sauf pour l’EMC qui est de 2 (1 en Première et 1 en Terminale).
Par ailleurs, le contrôle continu en Première concerne aussi la spécialité abandonnée, coefficient 8.
À noter : les enseignements optionnels sont aussi évalués selon les modalités du contrôle continu. Ils seront crédités d’un coefficient de 4 s’ils sont suivis depuis la Première et de 2 s’ils ne sont suivis qu’en Terminale. 

En somme, la seule matière évaluée en fin de Première est le Français dans le cadre des EAF (Épreuves anticipées de Français)

 

Le contrôle continu en Terminale

Le contrôle continu en Terminale repose sur la moyenne annuelle de Terminale dans les 5 matières du tronc commun :

  • Histoire-géographie
  • LVA et LVB
  • EPS 
  • Enseignement scientifique
  • Enseignement moral et civique 

Le coefficient pour ces matières est de 6 (3 en Première et 3 en Terminale) et 2 pour l’Enseignement moral et civique (1 en Première, 1 en Terminale). 

À noter : les enseignements optionnels sont aussi comptabilisés dans le contrôle continu avec un coefficient de 4 s’ils sont suivis depuis la Première et de 2 s’ils ne sont suivis qu’en Terminale. 

Les épreuves terminales se déroulent à la fin de l’année : 

  • Philosophie : coefficient 8
  • Grand Oral : coefficient 10
  • Spécialités : coefficient 16 pour chacune des deux épreuves.  

 

Les coefficients du nouveau Bac 2022

Voici les coefficients des épreuves pour les élèves qui étaient en classe de Première en 2020-2021 et qui de fait passeront leur Bac en juin 2022. 

coefficients_bac_2022

 

Les nouvelles modalités du contrôle continu 

Ce sont les  professeurs qui, tout au long de l’année, vont donc évaluer leurs élèves dans le cadre du contrôle continu. Ces évaluations répondent à des modalités bien précises, actées dans le BO du 29 juillet 2021. Voici les grandes lignes des modalités d’évaluation en contrôle continu pour le Bac 2022 et 2023.

Le calcul des moyennes annuelles 

Les moyennes sont attribuées par les professeurs, validées en conseil de classe, transmises aux familles dans les bulletins, puis renseignées dans le livret scolaire. Elles apparaissent sous le terme «évaluations chiffrées annuelles». La moyenne annuelle de chaque enseignement prise en compte dans le calcul de la note de contrôle continu est arrondie au dixième de point supérieur.

Le cas particulier de l’EPS

En EPS, l’évaluation s’effectue dans le cadre d’un contrôle en cours de formation (CCF). Le candidat est évalué, pendant l’année de Terminale, sur trois épreuves reposant sur trois activités physiques, sportives et artistiques. La note finale obtenue par le candidat est la moyenne de ces trois épreuves. Il ne s’agit donc pas d’une moyenne des résultats mais de trois évaluations ponctuelles. 

Les commissions d’harmonisation

Les résultats des lycéens obtenus dans le cadre du contrôle continu sont transmis à une commission d’harmonisation présidée par le recteur d’académie et mise en place dans chaque académie. Elle est composée d’inspecteurs d’académie, d’inspecteurs pédagogiques régionaux et de professeurs de l’enseignement public ou privé sous contrat, nommés par le recteur d’académie pour chaque session du Baccalauréat. Elle se réunit à la fin de chaque année scolaire du cycle terminal.

La commission prend connaissance des résultats présentés au Baccalauréat par les candidats dans le cadre du contrôle continu et procède, si nécessaire, à leur harmonisation dans trois cas :

  • En cas de discordance entre la moyenne annuelle obtenue par les élèves d’un même établissement dans un enseignement et la moyenne annuelle des résultats obtenus par l’ensemble des élèves de l’académie dans ce même enseignement.
  • En cas de discordance entre la moyenne des notes attribuées dans le cadre des évaluations ponctuelles pour un sujet donné à un lot de copies et la moyenne académique pour ce même sujet.
  • En cas de discordance entre la moyenne des notes attribuées dans le cadre des évaluations ponctuelles pour un sujet donné et la moyenne académique des notes attribuées pour l’ensemble des sujets portant sur le même enseignement.

Cette harmonisation peut être réalisée à la hausse comme à la baisse.

À l’issue de ses débats, la commission communique les notes harmonisées au jury du Baccalauréat, lequel arrête définitivement la note finale de chaque candidat.  

La question de l’absentéisme 

Le contrôle continu repose sur une moyenne de plusieurs notes. Aussi, si un élève est régulièrement absent, la question de la pertinence de sa moyenne (et donc de sa note pour le Bac) peut être soulevée. Un suivi attentif de l’assiduité des élèves est donc mis en place dans chaque établissement afin d’anticiper les difficultés éventuelles de constitution de moyennes. Toutefois, si cette vigilance ne permet pas de pallier l’absentéisme d’un candidat, plusieurs schémas sont alors possibles :

  • Lorsque l’absence d’un élève à une évaluation est jugée par son professeur comme faisant porter un risque à la représentativité de sa moyenne, une nouvelle évaluation est spécifiquement organisée à son intention.
  • Si un élève, pour des raisons dûment justifiées ne dispose pas d’une moyenne annuelle pour un ou plusieurs enseignements en classe de première ou en classe de Terminale, il est convoqué à une évaluation ponctuelle de remplacement.

Le cas du redoublement ou de l’échec au Bac

Les élèves redoublant la classe de Terminale conservent pour leur Bac les notes de contrôle continu acquises en classe de Première mais pas celles obtenues lors de la première année de Terminale. 

Les élèves qui interrompent leur scolarité pendant plus d’une année après un échec au Baccalauréat perdent le bénéfice des notes qu’ils ont obtenues au titre du contrôle continu en classe de Première. Aussi, ces élèves devront se représenter à l’examen en tant que candidat libre et seront convoqués à une évaluation ponctuelle de remplacement pour l’enseignement de spécialité suivi uniquement en classe de Première. En sus, seront seulement pris en compte les résultats obtenus en classe de Terminale pour le calcul de la note de contrôle continu. Enfin, ils passeront les évaluations terminales en même temps que les candidats « classiques ».  

En somme, le contrôle continu occupe une place plus importante en Première qu’en Terminale à la différence des épreuves finales qui représentent la part la plus importante de la classe de Terminale. Le nouveau Bac se passe désormais sur les deux dernières années de lycée.

Le nouveau Bac 2023

La session du Bac 2023 talonne de près Bac 2022 : l’évaluation comportera toujours 40 % de contrôle continu et 60 % d’épreuves finales. Toutefois, quelques ajustements seront à noter, notamment concernant les coefficients.

Les coefficients du Bac 2023

Pour 2023, il faudra donc distinguer d’une part le contrôle continu et d’autre part les évaluations finales.  Voici un tableau récapitulant tous les coefficients à la fois du contrôle continu et des épreuves finales sur les années de Première et de Terminale : 

coefficients_bac_2023

 

Le nouveau Bac évalue les spécialités de la réforme 2021

La Réforme du Bac entraîne des modifications importantes au Lycée et impacte de fait les sessions de 2022 et de 2023. Elle aura été mise en œuvre progressivement avec notamment deux grands chantiers : la suppression des filières S, ES et L, remplacées par des spécialités et l’introduction du contrôle continu pour le Baccalauréat.

Les spécialités

Les enseignements de spécialité répondent à une volonté de ne plus attendre des élèves qu’ils aient un profil purement scientifique ou littéraire mais qu’ils choisissent leurs enseignements selon leurs projets d’études supérieures mais aussi selon leurs appétences et résultats. 

Choix de spécialités en Première

Mise en œuvre à la rentrée 2019 pour les voies générales et technologiques, la réforme du Lycée prévoit la suppression des classiques filières S, ES et L au profit d’un enseignement de tronc commun assorti de trois enseignements de spécialité aux choix parmi douze. 

TRONC COMMUN EN PREMIÈRE

ET TROIS SPÉCIALITÉS AU CHOIX

Choix de spécialités en Terminale

Faisant suite aux modifications de programmes et de filières opérés en classes de Seconde et de Première depuis la rentrée 2019, la classe de Terminale, comme celle de Première, se partage entre tronc commun et spécialités.

TRONC COMMUN DE TERMINALE 

ET EN PLUS : DEUX SPÉCIALITÉS AU CHOIX
L’élève choisit deux spécialités parmi les trois déjà choisies en Première :

UNE OPTION AU CHOIX MAIS QUI SERA NÉCESSAIRE POUR CERTAINES POURSUITES D’ÉTUDES
Les options en Terminale, d’un coefficient de 2,  sont à bien considérer car il s’agit de 3 heures de cours qui viennent s’ajouter à un emploi du temps parfois déjà très bien rempli. Il faut noter que certaines options sont quasiment incontournables. Par exemple, un élève qui se destine à des études d’ingénieur devra suivre l’option Maths expertes. De même, un élève qui souhaite intégrer une école de commerce et qui n’a pas un niveau excellent en Mathématiques pourra  prendre l’option Maths complémentaires. 

Une option au choix parmi 3 possibilités :

Attention, les CPGE scientifiques n’accepteront que les élèves ayant suivi l’option mathématiques expertes. Mais les établissements d’enseignement  supérieur pourraient annoncer eux aussi certaines exigences. Les lycéens et leurs parents vont devoir être très prudents dans leurs choix de spécialités pour ne pas se fermer de porte pour l’orientation dans le supérieur.

Historique des réformes du Bac depuis la réforme du Lycée 2021

Afin de bien comprendre la réforme du Bac, il faut regarder en arrière et noter l’évolution des grands changements dans cette réforme du Bac notamment la suppression des évaluations communes au profit du contrôle continu suite à la crise sanitaire du Covid-19. 

L’année scolaire 2019-2020 marque le début de la grande réforme du Bac 

En Première 

  • Les élèves suivent trois enseignements de spécialité et ne choisissent plus une filière. Le passage en Première générale se veut plus sélectif puisqu’il ne s’agit plus d’exceller dans une seule ou deux matières mais de montrer des compétences dans l’ensembles des disciplines du tronc commun. 
  • les E3C sont instaurés : il s’agit d’évaluations communes d’épreuves continues dans les matières du tronc commun (deux sessions en Première et une en Terminale).
  • Le contrôle continu évalue à hauteur de 10% les bulletins scolaires (toutes les matières sauf celles des E3C et du Français)

En Terminale 
Aucun changement pour les élèves : les candidats au Bac connaissent l’ancienne version de l’examen, soit toutes les matières en épreuves finales). 

Toutefois, ce qui était initialement prévu a été clairement modulé dans le contexte de la crise sanitaire. En effet, les élèves de Première n’ont passé ni les épreuves du Bac Français ni la spécialité abandonnée, toutes deux évaluées de fait en contrôle continu. Les élèves de Terminale ont eux aussi finalement validé leur Bac en contrôle continu. Cette modification a amorcé un contrôle continu de plus en important pour les sessions suivantes. 

L’année scolaire 2020-2021 est celle des premiers changements de la réforme

En Première

  • Les E3C deviennent les EC, avec de nouvelles modalités. Les établissements ont une liberté de choix de dates et de sujets afin de correspondre au mieux à ce que les élèves ont étudié avec leurs professeurs. Cette modification est la conséquence de l’enseignement hybride et est annoncée en début d’année scolaire. 
  • Les EC sont finalement annulées au profit d’une évaluation en contrôle continu. Au cours de l’année, le ministre de l’éducation nationale a finalement fait le choix de supprimer définitivement les évaluations communes. Les élèves de Première du Bac 2021 n’auront donc jamais connu ni les E3C ni les EC. 
  • Le Bac Français est préservé. 

En Terminale

  • Le Grand Oral est inauguré : les élèves de Terminale du Bac 2021 sont les pionniers de cette nouvelle épreuve qui a pour but de développer les compétences oratoires des futurs bacheliers. 
  • Les notes obtenues en Première lors de la première session d’EC, des matières finalement évaluées en contrôle continu et les notes du Bac Français sont comptabilisées pour le calcul final. 

Pour la session de juin 2021, les modalités d’examen ont donc été adaptées selon la crise sanitaire : les deux épreuves de spécialité ont finalement été évaluées en contrôle continu, un sujet multiple a été proposé pour le Bac Français et seule la meilleure note (entre l’épreuve finale et le contrôle continu) pour la Philosophie a été retenue. 

Les nouvelles modalités du Baccalauréat encouragent donc un travail régulier. Les révisions de dernières minutes sont désormais complètement à proscrire, d’autant que les dossiers scolaires de Première et de Terminale ont une importance considérable pour Parcoursup. 

Identifiez-vous

 


Mot de passe oublié

Mot de passe oublié ?