Tout savoir sur le Grand Oral du Bac

“La parole reflète l’âme” disait Sénèque. C’est là tout le projet de la réforme du Bac 2021 avec la création du Grand Oral. Qualités oratoires, force de conviction et de persuasion sont les armes dont doivent disposer les élèves de Terminale pour réussir leur épreuve. Cours Thalès vous explique tout ce qu’il faut savoir pour réussir le Grand Oral 2021.
Dossier rédigé par Angéla Vidal, professeure certifiée de lettres modernes. 

Qu’est ce que le Grand Oral du Bac ? 

  • L’épreuve du Grand Oral est une des nouveautés majeures de la réforme du Bac 2021. L’oral devient enfin une vraie discipline et aujourd’hui nous faisons partie – et ce plus que jamais – d’une génération de l’oral. Néanmoins, “parler” ne signifie pas “bien parler”, il est donc essentiel de considérer cette pratique comme une matière à part entière, comme le faisaient les grands rhéteurs antiques dont nous sommes les dignes héritiers. La volonté d’orienter le Baccalauréat vers un travail certain sur l’oral découle du constat amer que le langage est en crise. Le but principal de cette épreuve est de redorer le blason de l’éloquence car la parole est à la base de toutes cultures et savoir bien communiquer est l’essence même de l’Homme. 
  • Le Grand Oral se prépare durant toute l’année de Terminale et n’est surtout pas une épreuve à laisser de côté puisqu’elle notée sur 20 avec un coefficient de 10. C’est une des cinq épreuves terminales du bac en sus des épreuves anticipées de français (coefficient 10), des épreuves écrites sur les deux spécialités (coefficient 16 chacune) et de la philosophie (coefficient 8). 

Comment est calculée la note finale du bac ?  

  • Les deux spécialités suivies durant l’année de Terminale sont mises à l’honneur et sont au coeur de l’épreuve. En effet, l’élève doit choisir une spécialité sur laquelle portera son sujet. Il a toutefois la possibilité d’adopter un sujet mêlant les deux spécialités de Terminale. L’élève est tout à fait libre de passer son Grand Oral sur une spécialité ou sur les deux. 
  • Le candidat doit en ce sens  montrer à la fois ses connaissances théoriques dans la ou les spécialités choisies mais aussi ses qualités oratoires : ce qui est aussi évalué est la capacité de l’élève à prendre la parole en public de façon claire et structurée.  

Comment se déroule l’épreuve du Grand Oral du Bac ? 

Le Grand Oral, une épreuve qui se prépare tout au long de l’année de Terminale 

Durant l’année de Terminale, l’élève travaille sur deux questions qu’il aura au préalable choisies et créés. Ces deux problématiques, ou sujets, sont  en lien avec son ou ses deux enseignements de spécialité. Par exemple, si l’élève suit la spécialité SVT (Sciences de la Vie et de la Terre) et HLP (Histoire Littérature et Philosophie), il pourra tout à fait s’orienter vers un sujet qui portera sur l’Histoire de la Médecine. 

Le Jour J

Avant de passer son oral, l’élève soumet au jury (composé de professeurs des spécialités et du tronc commun) les deux questions sur lesquelles il aura travaillé durant son année de Terminale. Le jury choisit une des questions et laisse au candidat 20 minutes pour préparer sa réponse ainsi qu’un support à donner au jury. Ce support peut avoir plusieurs formes : un graphique,  une carte, un tableau… il est donc essentiel de ne pas laisser de côté une question car il est impossible de savoir à l’avance celle qui sera retenue par le jury. Par ailleurs, il n’est pas envisageable de réfléchir le jour de l’oral au support qui sera proposé au jury : il faut, en amont, créer son support et le reproduire le jour de l’oral. Ne pas laisser de place à l’improvisation permet de ne pas se sentir déstabilisé et de gagner du temps. Enfin, ce support, bien que non évalué, est très largement à soigner car c’est la première chose que lira le jury : l’attention portée à la qualité de ce support en dit déjà long sur la personnalité de l’élève ! 

L’oral se divise en deux temps 

Présentation de l’exposé 
Cette partie dure 5 minutes, temps durant lequel l’élève est debout, sans notes et doit tout d’abord se présenter, puis expliquer et justifier le choix de la question soulevée et enfin répondre à cette question. Cette partie est à préparer à l’avance puisque le jury n’intervient pas : aussi il n’y a pas de questions qui pourraient déconcerter l’élève. 

Échange avec le jury 
Cette partie dure 15 min est elle-même divisée en deux parties. 
Le premier échange, de 10 minutes, porte sur les connaissances théoriques de l’élève relatives au sujet traité. Il s’agit alors pour le jury de s’assurer que le candidat maîtrise bien le sujet qu’il a traité lors de la première partie de l’épreuve. Par ailleurs, le jury poussera l’élève à approfondir ou à affiner sa pensée. 

Petite astuce  
Bien évidemment, il est impossible d’envisager toutes les questions que pourrait poser le jury. Toutefois, vous pouvez tout à fait orienter, dès la partie de présentation, les questions à venir en restant évasif quant à des notions que vous maitrisez parfaitement. Par conséquent, vous pouvez vous attendre à ce que le jury revienne sur ces idées que vous avez énoncées mais que vous n’avez pas pu développer et donc ne pas être surpris par les questions posées !  

 

Le deuxième échange, de 5 minutes, porte sur le projet d’orientation post-Bac. Il s’agit surtout de justifier le choix de la ou des deux spécialités et d’expliquer en quoi la question soulevée par l’élève est pertinente pour un projet post-Bac voire un projet professionnel. En somme, il faut justifier de la convenance des choix des enseignements de spécialité et expliquer comment ces enseignements seront exploités lors des études supérieures et/ou dans un contexte professionnel. Enfin, l’élève devra préciser les différentes étapes de l’avancement de son projet en rendant compte des difficultés rencontrées et des solutions trouvées pour y remédier. Par exemple, un élève qui souhaite intégrer l’INSEEC pourra témoigner de sa difficulté à répondre à une question portant sur le Digital et les Sciences Politiques et surtout partager sa réflexion qui l’aura conduit à trouver des solutions. 

https://www.youtube.com/watch?v=NmbYkLGT3_k

Comment choisir son sujet du Grand Oral du Bac ? 

Le projet du Grand Oral doit être réfléchi et ne pas être choisi au hasard car il faudra, justement, justifier cette décision. 
Trois éléments conditionnent le choix du sujet : 

  • les centres d’intérêt 
  • le cadre des spécialités (le sujet doit répondre au programme des spécialités suivies en Terminale)
  • le projet d’orientation post-Bac

Pour bien définir le sujet de son Grand Oral et en dégager deux questions intéressantes, l’élève doit suivre ces trois éléments et y répondre.

Quelques idées de centres d'intérêt

Graphisme Design
Cinéma
Presse
Musique
Voyages
RobotiqueÉcologie
Mode
Culture Numérique
Théâtre
Danse
Diplomatie
Peinture
Alimentation
Sport
Jeux
Psychologie
Biochimie
Neurosciences

Exemple 

  • Centres d’intérêt: la société, l’éducation, la politique 
  • Spécialités : HLP et SES
  • Projet d’orientation : enseignement

Il s’agit désormais de se pencher sur le programme des deux spécialités suivies en Terminale afin d’approfondir un thème qui sera le ciment du projet présenté lors du Grand Oral : 

  • En HLP :  le thème “Éducation, Transmission, Émancipation”
  • En SES : le thème “L’Action de l’École sur les destins individuels et sur l’évolution de la société”

Une fois les thèmes ciblés, il faut réfléchir aux problématiques qui permettront de montrer les connaissances de l’élève sur le thème de la spécialité et de lier ces savoirs à un projet d’orientation. 
Les questions possibles peuvent alors être : 

  • «L’École doit-elle se limiter à enseigner ce qui est utile ?»
  • «L’École peut-elle vraiment aider l’individu à s’accomplir pleinement ?»

Quelles sont les compétences attendues pour réussir le Grand Oral 2021 ? 

  • Les compétences évaluées lors du Grand Oral sont doubles. Elles relèvent à la fois des connaissances théoriques dans les enseignements de spécialité et des qualités oratoires de l’élève. Il s’agit alors de manier l’art de l’éloquence avec brio dans le but de convaincre et de persuader du bien fondé de ce que est avancé. Il faut donc prétendre à un discours clair, structuré et qui donne envie ! 
  • Pour réussir son Grand Oral, il est nécessaire de savoir sur quels items sont évalués les candidats afin de proposer une prestation de qualité qui répondra aux attentes du jury. Aussi, voici la grille de notation indicative publiée dans le Bulletin Officiel de l’Éducation nationale du 13 février 2020 et expliquée par Cours Thalès. 

Grille de notation du Grand Oral 2021

 Très insuffisant
InsuffisantSatisfaisantTrès satisfaisant
Qualité orale de l’épreuveDifficilement audible sur l’ensemble de la prestation. Le candidat ne parvient pas à capter l’attention.
La voix devient plus audible et intelligible au fil de l’épreuve mais demeure monocorde. Vocabulaire limité et approximatif.
Quelques variations dans l’utilisation de la voix, prise de parole affirmée. Le candidat utilise un lexique adapté. Il parvient à susciter l'intérêt.
La voix soutient efficacement le discours. Qualités prosodiques marquées (début, fluidité et nuances pertinentes…). Le candidat est pleinement engagé dans sa parole. Il utilise un vocabulaire riche et précis.
Qualité de la prise de parole en continu
Énoncés courts, ponctués de pauses et de faux démarrages OU énoncés longs à la syntaxe mal maîtrisée.
Discours assez clair mais vocabulaire limité et énoncés schématiques.
Discours articulé et pertinent, énoncés bien construits
Discours fluide, efficace. Le candidat tire pleinement profit du temps et développe ses propositions.
Qualité des connaissances
Connaissances imprécises incapacité à répondre aux questions, même avec une aide et des relances.
Connaissances réelles mais difficultés à les mobiliser en situation et à l’occasion des questions du jury.
Connaissances précises, capacité à les mobiliser en réponses aux questions du jury avec éventuellement quelques relances.
Connaissances maîtrisées, les réponses aux questions du jury témoignent d’une capacité à mobiliser les connaissances à bon escient et à les exposer clairement.
Qualité de l’interaction
Réponses courtes ou rares. La communication repose principalement sur l’évaluateur.
L’entretien permet une amorce d’échange. L’interaction reste limitée
Le candidat répond, contribue, réagit. Il se reprend et reformule en s’aidant des propositions du jury.
Le candidat s’engage dans sa parole, réagit de façon pertinente. Il prend l'initiative dans l’échange. Il exploite judicieusement les éléments fournis par la situation d’interaction.
Qualité et construction de l’argumentation
Pas de compréhension du sujet, discours non argumenté et décousu.
Début de démonstration mais raisonnement lacunaire. Discours insuffisamment structuré. Démonstration construite et appuyée sur des arguments précis et pertinents.
Maîtrise des enjeux du sujet, capacité à conduire et exprimer une argumentation personnelle, bien construite et raisonnée.

Comment bien se préparer pour réussir son Grand Oral ? 

Pour réussir son Grand Oral, il faut tout d’abord être spécialiste de sa question et ne rien laisser au hasard. Il est certes impossible d’anticiper toutes les questions du jury mais les attendus, connus à l’avance, donne à l’élève la ligne de conduite à suivre. 

Petite astuce 
Il faut aussi et surtout s’entraîner : 

  • filmez-vous ou enregistrez-vous. Vous verrez ainsi si votre discours est structuré, si vous êtes convaincant et vous pourrez aussi pallier vos fautes de langue. 
  • passez votre oral devant un proche qui n’a pas les connaissances dans la matière que vous traitez. Aussi, vous verrez si votre prestation est claire, intelligible et si elle donne envie.  

S’entraîner seul peut être difficile. Aussi, pour aborder de manière pérenne l’épreuve du Grand Oral 2021, vous pouvez suivre notre préparation au Grand Oral composée d’ateliers sur la prise de parole, l’éloquence, la structure du discours ou encore l’enrichissement du lexique. 

Identifiez-vous

 


Mot de passe oublié

Mot de passe oublié ?