fbpx

S’engager sur la voie des études de santé est à la fois un projet ambitieux et honorable. Il s’agit de professions à vocation, réellement choisies par les jeunes étudiants qui souhaitent donner un sens à leur carrière professionnelle en exerçant un métier tourné vers autrui. Toutefois, bien que très attirantes, il s’agit d’études difficiles d’accès. En effet, malgré la réforme des études de Santé qui a supprimé, en autres, le numerus clausus au profit d’un numerus apertus, l’accès à la sélective deuxième année de Médecine est toujours aussi difficile. Ainsi, anticiper dès le lycée cette première année de PASS est la solution si l’on souhaite accéder à la filière MMOPK de son choix.

Une pénurie conséquente de médecins  

En 2021, Emmanuel Macron déclare que la pénurie de médecins « est un des problèmes les importants aujourd’hui de notre pays ». Il a donc remplacé le numerus clausus par le numerus apertus dans le cadre du plan Ma Santé 2022. Il avait cependant précisé que « le système restera sélectif, il n’est pas question de rogner sur l’excellence de la formation de nos étudiants en santé ». Le numerus apertus est différent dans chaque faculté et il est beaucoup donc plus sélectif dans celles situées dans une zone où la densité de médecins est importante, notamment Paris. À présent, les candidats en Médecine,  Odontologie,  KinésithérapiePharmacie et Maïeutique (MMOPK) s’engagent soit dans un parcours accès santé spécifique (PASS), équivalent à l’ancienne première année commune aux études de santé (PACES), avec une matière mineure de leur choix obligatoire en plus ; soit dans une Licence avec une option santé (LAS) leur permettant de rejoindre les filières MMOPK grâce à une passerelle. Le redoublement n’est plus permis, exception faite des LAS qui pourront tenter la passerelle deux fois pendant leur licence. En cas d’échec, les PASS n’auront pas la possibilité de recommencer leur année. Ils ne pourront que se représenter à l’issue d’une LAS.

La densité d’omnipraticiens libéraux en France

densite-d'omnipraticiens-liberaux-en-2017
Densité d’omnipraticiens libéraux en 2017

 

La rude sélection en PASS et en LAS

Le PASS reste cependant la voie d’accès privilégiée pour les étudiants certains de vouloir intégrer une filière MMOPK. En cas d’échec en PASS et de réorientation en LAS, le programme ne sera pas le même, ce qui est une différence majeure par rapport à l’ancien système de redoublement de la PACES. D’autre part en PASS, il peut exister des inégalités entre les mineures, en termes de charge de travail et de modalités d’évaluation. Les étudiants de PASS sont également désormais en concurrence avec des étudiants de LAS. Ces derniers n’ont à travailler que la mineure santé pour pouvoir candidater à la deuxième année des filières MMOPK. En fonction des LAS, la charge de travail peut être moindre qu’en PASS. Cependant, même en LAS, il reste difficile d’accéder aux filières MMOPK puisqu’actuellement moins de places leurs sont réservées par rapport aux étudiants du PASS.

Enfin, un nombre de place est désormais également réservé aux étudiants titulaires d’un diplôme d’ingénieur, d’un Master 2, ou d’un Doctorat ce qui réduit encore le nombre de places pour les étudiants de PASS ou de LAS.

 

Des programmes exigeants 

Avec la mise en place de la PACES en 2010, le programme de la première année avait déjà été alourdi avec l’ajout de certaines matières difficiles telles que les Biostatistiques qui était normalement enseignées plus tard dans le parcours. Avec la nouvelle réforme des études de santé, les étudiants du PASS ont désormais l’obligation de suivre et de valider un double cursus : la majeure santé qui correspond à l’ancien programme de la PACES, qui reste donc dense bien qu’ayant été allégé, et la mineure d’une autre licence. L’année comprend également des enseignements d’anglais et des modules d’orientation qui n’existaient pas auparavant. Ainsi, anticiper les exigences de ces nouvelles matières et des enseignements scientifiques classiques devient essentiel pour s’assurer une année de PASS Médecine plus sereine. 

Les avantages d’une Prépa Anticipée au Lycée

Les étudiants souhaitant s’orienter dans une filière MMOPK seront donc confrontés à ces difficultés : un enseignement très diversifié et un programme très volumineux ainsi que des cours magistraux intenses. La première année des filières MMOPK nécessite donc une organisation extrêmement rigoureuse et constante sur toute l’année. Les bénéfices d’une préparation à cette première année sont nombreux :

  • prendre la mesure des exigences attendues,  
  • découvrir le programme qui n’est pas abordé en Terminale,
  • avoir un temps d’avance pour passer l’année plus sereinement,
  • acquérir le bon rythme de travail et arriver en première année en ayant confiance en soi.

Un accompagnement individualisé 

La Prépa anticipée se déroule en petits groupes d’étudiants qui peuvent poser leurs questions au fur et à mesure, ce qui ne sera plus le cas en PASS où les cours sont dispensés de façon anonyme dans de grands amphithéâtres, voire uniquement en rediffusion. Elle propose des enseignements de méthodologie où des conseils seront donnés aux futurs étudiants par des personnes qui ont su accéder aux filières MMOPK et ont déjà été confrontés aux difficultés de la première année.

Prendre de l’avance sur les programmes

Les sciences fondamentales figurent toujours au programme comme la Biochimie, les Biostatistiques, la Physique et la Chimie. Ces matières sont très utiles à travailler dès la classe de Première et jusqu’en Terminale, en se confrontant aux méthodes de résolution de problèmes, ce qui sera très utile pour la suite. Les notions du fonctionnement cellulaire seront abordées au lycée puis très approfondies en PASS où l’ensemble des propriétés des cellules et leur fonctionnement biologique et biochimique seront étudiés.

Préparer les examens en PASS

Avec la réforme, ce sont désormais les examens de fin de semestre qui comptent pour les étudiants en PASS Santé et non plus un examen final. Il s’agit donc maintenant d’être performant dès le mois de décembre. Il existe également désormais des notes-seuils. Ce sont des notes éliminatoires qui empêchent toute compensation des résultats aux épreuves et qui empêchent donc le cas échéant d’entrer en MMOPK. Il est donc primordial d’être bien préparé à cette année dès le départ pour mettre toutes les chances de son côté. La plupart du temps, le contrôle des connaissances s’effectue par questions à réponses multiples (QCM), comme cela était déjà le cas en PACES. Cette méthode d’évaluation diffère totalement de celles du lycée et il est important que s’y habituer en amont.

Se démarquer sur Parcoursup et réussir son Baccalauréat

L’approfondissement proposé en Prépa Médecine en Physique et en Chimie permet sans aucun doute d’améliorer ses résultats dans les enseignements de spécialité de lycée. Par ailleurs, les autres matières qui ne sont pas dispensées au lycée, à l’instar des Biostatistiques, s’appuient tout de même grande partie sur le programme de Première et de Terminale, notamment celui de SVT. La Préparation anticipée sera donc très utile pour la préparation du Baccalauréat et pour valoriser son dossier Parcoursup grâce à d’excellents résultats dans des matières faisant partie des exigences des facultés de Médecine.

Comment réussir son année de PASS Santé ?

En PASS, il est nécessaire d’avoir une très grande concentration. Les cours sont à connaître sur le bout des doigts et il ne faut pas hésiter à les apprendre « par cœur » et à les réciter le plus régulièrement possible. Il faut être attentif dès la première écoute et prendre des notes pendant les cours, ce qui permet de mieux assimiler les notions. Par ailleurs, certaines disciplines telles que les Biostatistiques, la Chimie et la Physique nécessitent de faire de nombreux QCM pour être à l’aise le jour des partiels. Il faut toujours chercher à faire le maximum d’annales possible. Plus l’étudiant fera de QCM et d’entrainement des années précédentes, plus il sera prêt a se confronter aux questions posées le jour du partiel. Il est donc très avantageux d’avoir commencé à résoudre un nombre important de QCM lors de la Prépa anticipée et de les conserver pour ses futures révisions.

Il ne faut pas perdre espoir au vu de certains résultats. Certaines matières sont extrêmement difficiles et il faut garder à l’esprit que certaines questions servent uniquement à départager les candidats. Il ne faut surtout pas oublier qu’une matière difficile l’est aussi pour tout le monde. Pour rester motivé, il faut penser que si l’on se destine à être professionnel de santé, on sera confronté à de grandes responsabilités dans lesquelles les connaissances devront être irréprochables.

Il faut s’imposer un rythme de travail et savoir optimiser le temps de sa journée. L’année de PASS est courte et passe très vite. Ce temps passé à étudier ne sera pas perdu et il ne faut pas hésiter à remettre certains loisirs à quelques mois pour se consacrer entièrement à étudier la première année. La deuxième année est généralement beaucoup moins dense que la première. Cependant il ne faut pas hésiter à faire de l’exercice. Marcher par exemple permet de mieux assimiler les connaissances. Cependant, il ne faut évidemment pas hésiter à prendre des pauses pour continuer à prendre du plaisir à apprendre ses cours, ce qui est indispensable pour réussir dans les filières MMOPK.

Identifiez-vous

 


Mot de passe oublié

Mot de passe oublié ?