10 citations à connaître pour réussir son bac de français

Angela Vidal, Professeure de français en lycée et pour les préparations Cours Thalès, analyse les grandes citations à connaître pour bien préparer votre baccalauréat. 

1/ Victor Hugo – Oeuvre « Les Misérables »

« Mes amis, retenez ceci, il n’y a ni mauvaises herbes ni mauvais hommes. Il n’ya que de mauvais cultivateurs. » – Victor Hugo

Citation extraite de l’oeuvre Les Misérables, roman engagé qui entame une réflexion sur les origines du bien et du mal. Ici Victor Hugo fait écho à Rousseau (dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les Hommes, 1754) en partageant les idées du philosophe quant à l’idée que l’Homme est naturellement bon et que c’est la société qui le pervertit. Cette société est représentée ici à travers la métaphore « de mauvais cultivateurs » qui fait référence à l’état naturel de l’Homme qui, selon sa « culture », c’est à dire son éducation et son milieu social, sera bon ou mauvais. 

2/ Jean-Paul Sartre – Théorie de l’existentialisme 

«Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est. » – Jean-Paul Sartre

Cette citation de Sartre résume la théorie de l’existentialisme à laquelle l’homme du XX° siècle adhère. Le philosophe défend la thèse selon laquelle les individus créent le sens de leur vie par des choix qu’ils effectuent et dont ils sont pleinement responsables Cette théorie s’oppose donc radicalement à une perception plutôt religieuse selon laquelle il y aurait une destinée, un chemin déjà tracé pour chacun, un destin que l’homme ne pourrait contrôler.

3/ Alphonse de Lamartine – L’Isolement du recueil Méditations poétiques

« Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé. » – Alphonse de Lamartine 

Ce vers est extrait du poème « L’Isolement » du recueil Méditations poétiques. À travers ces quelques mots, le poète romantique emporte son lecteur dans son mal de vivre et dans sa rêverie mélancolique. Ce poème témoigne de la profonde douleur suscitée par la mort de l’amante et muse du poète, Julie Charles, emportée jeune par la tuberculose.

4/ Rabelais – Oeuvre « Pantagruel »

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » – Rabelais 

Citation extraite de Pantagruel, oeuvre majeure de Rabelais. Ici Rabelais résume en quelques mots les principes de l’humanisme, mouvement du XVI° siècle, notamment au sujet de l’éducation. En effet, les humanistes prônent une éducation éclairée et diversifiée: ils favorisent la connaissance des sciences, des langues, des lettres… Cette nouvelle éducation proposée va donc à l’encontre de celle prodiguée au XVI° siècle qui se veut profondément théologique. Il s’agira alors de comprendre ce que l’on apprend, d’être acteur de son savoir et non plus d’apprendre « par coeur » sans chercher par soi- même.

5/ Pascal – Oeuvre « Pensées »

 “L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature; mais c’est un roseau pensant. » – Pascal 

Citation extraite des Pensées qui traduit la dualité de l’Homme. En effet, selon Pascal, l’Homme est à la fois faible car il est sujet à la corruption et à la finitude (il est mortel). La métaphore du « roseau » qui se plie au grès du vent traduit cette fragilité. Néanmoins, l’Homme a conscience (« le roseau pensant ») de cette infériorité sur la nature et de ses faiblesse, ce qui fait de lui un être doué d’intelligence, ce qui tend à le rendre grandiose et plus du tout misérable. 

6/ Baudelaire – Oeuvre « Fleurs du Mal »

« Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle / Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis, /Et que de l’horizon embrassant tout le cercle / II nous verse un jour noir plus triste que les nuits. » – Baudelaire

Ce quatrain est extrait du poème « Spleen » des Fleurs du Mal. Ici, Baudelaire exprime son mal être qui tellement fort et profond qu’il en devient physique. Cette gêne physique est traduite pas la lourdeur, la pesanteur et l’enfermement. Aussi, le « spleen baudelairien » est cette nostalgie noire, cette mélancolie profonde, liées à l’incompréhension de la société quant à la sensibilité des poètes.

7/ Benjamin Constant – Oeuvre « Adolphe »

« Nous sommes des créatures tellement mobiles que les sentiments que nous feignons, nous finissons par les éprouver. » – Benjamin Constant 

Cette citation est extraite du roman Adolphe qui relate l’histoire d’un personnage du même nom qui va tout faire séduire pour séduire Ellénore, femme qu’il n’aime pas réellement. Il souhaite la posséder davantage par vanité que par amour. Néanmoins, une fois son objectif atteint, il ne parvient pas à se défaire de cette femme, par pitié ou par sadisme. Constant propose ici une réflexion sur le véritable amour: existe-t-il vraiment parce qu’il existe ou parce que nous le créons nous-même?

8/ Geogres Orwell – Oeuvre « La Ferme des animaux »

« Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres. » – Georges Orwell.

Cette citation à la tonalité polémique est extraite de l’apologue La Ferme des animaux. Dans cette oeuvre, Orwell crée une dystopie dans laquelle les animaux, après s’être révoltés, prennent le pouvoir aux Hommes. Cette citation illustre la principale critique de l’oeuvre: les régimes totalitaires et en particulier celui de Staline, qui feignent de proposer une démocratie mais qui en réalité imposent leur pouvoir. Aussi, Orwell ironise en reprenant la Déclaration des Droits de l’Homme (« Tous les animaux sont égaux = tous les Hommes sont égaux) en expliquant qu’en réalité ceux qui ont le pouvoir sont au dessus de cette liberté fondamentale. 

9/ Descartes – Oeuvre « Discours de la méthode »

« Je pense, donc je suis » (« Cogito ergo sum ») – Descartes

Formule employée dans le Discours de la méthode. Pour le philosophe, tout est soumis au doute sauf une seule chose: sa propose existence, en tant que « chose qui pense »,. C’est cette découverte qu’exprime le « cogito » et qui constitue un élément majeur de la pensée cartésienne: la connaissance ne se résume pas à une déduction logique mais à une suite de preuves irréfutables et scientifiques.

10/  Horace – Vers latins 

« Cueille le jour, sans te soucier du lendemain » (« Carpe Diem ») – Horace

Citation extraite de vers latins du poète Horace qui s’adresse à Leuconoé afin de l’inviter à profiter des moments présents et d’en tirer toutes les joies sans s’inquiéter de sa mort. Horace reprend ici la philosophie de l’épicurisme qui propose une solution à la recherche du bonheur. Pour accéder à cet état tant recherché, il faut satisfaire ses désirs naturels et nécessaires. Par ailleurs, celle philosophie sera reprise par Ronsard dans « Mignonne, allons voir si la rose… » qui se révèle être une douce invitation à l’amour de la part de Ronsard à la jeune Cassandre, avant qu’elle ne soit trop vieille pour en profiter. 

Identifiez-vous

 


Mot de passe oublié

Mot de passe oublié ?