Orientation : Bien choisir sa Fac de Médecine

En France, environ 40 facultés ouvrent leurs portes aux étudiants désirant « faire médecine ». A l’issue de la PACES, première année commune des études de santé, l’étudiant doit choisir sa spécialisation parmi quatre filières : médecine, pharmacie, dentaire, ou maïeutique (sage-femme). 

En revanche, les facultés de Médecine se distinguent par plusieurs aspects (numerus clausus, proximité,cursus pédagogique, UE) que nous allons présenter ci-dessous. Il est donc important que l’étudiant choisisse sa faculté en ayant une idée précise de la spécificité de la Fac souhaitée et de son adéquation avec son profil. 

La proximité : une priorité pour l’étudiant de médecine 

Au-delà des statistiques et des calculs de coefficients, il faut également prendre en compte la proximité de la Faculté à son domicile. Il faut réduire au maximum le temps de trajet car comme on le sait tous, en Médecine le temps, c’est de la révision ! C’est la priorité n°1 pour l’élève de Médecine. Les études de Médecine étant très demandeuse en énergie et en investissement personnel, l’étudiant ne pourra pas tenir un long trajet au quotidien. En effet, il faut être stratégique et calculer son temps de façon à l’optimiser en temps de révision. 

La proximité est d’autant plus une priorité que la procédure APB favorise les étudiants postulant dans leur académie d’origine. Ainsi, postuler loin, c’est aussi risquer de se voir refuser la faculté, en cas de capacité d’accueil limitée, et de se voir proposer ses vœux secondaires. 

Il faut aussi pouvoir porter un regard global sur son projet d’avenir et se renseigner sur les hôpitaux rattachés aux UFR (Unités de Formation ou de Recherche) dans lesquels s’effectuent les stages afin de savoir quel type d’ambiance y prévaut. 

Les spécificités des facultés de médecine à connaître avant de constituer son dossier APB

Le programme de la PACES est un programme à l’échelle nationale. Si les Unités d’Enseignement portent le même nom partout, en revanche, le contenu-même peut varier d’une Faculté à une autre. Il convient donc à l’élève de bien préciser son choix de Faculté en connaissance de causes. 

Les facultés à dominante scientifique (Paris 5, Paris 6 et Paris Ouest) :

Ces facultés sont considérées comme étant les plus prestigieuses car les coefficients des matières scientifiques sont prépondérantes par rapport aux matières dites de « par cœur ».

Les élèves ayant un profil de bons scientifiques privilégieront ce type de Facultés qui mettent l’accent sur les matières scientifiques. Les matières médicales dites « de par cœur » sont bien sûr à prendre en compte mais elles feront davantage appel à la réflexion qu’au par cœur. 

Les facultés à dominante médicale (Paris 12 et Paris 13) :

Les facultés à dominante médicale sont des facultés mettant l’accent telles que l’embryologie ou la physiologie. Elles sont plutôt destinées à des élèves dotés d’une excellente mémoire, capables d’intégrer une grande masse de cours en un temps restreint. Bien sûr, il ne s’agit pas de faire l’économie des matières scientifiques dont la maîtrise est indispensable pour intégrer cette voie. 

Les facultés « mixtes » (Paris 11 et Paris 7) : 

Ces facultés-là sont plutôt destinées aux bons élèves en matières scientifiques et, de surcroît, qui sont capables d’apprendre et d’assimiler une charge conséquente de cours. 

Le numerus clausus : une donnée indicative à connaître

Le numerus clausus est le nombre d’étudiants qui intégreront la deuxième année, à l’issue de la PACES. Il est arrêté chaque année par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et le Ministère de la Santé. 

Il faut bien sûr se renseigner sur les taux de réussite des différentes facultés de médecine. Néanmoins, plus le taux de réussite est élevé d’année en année, plus le taux de réussite diminue. Il faut donc prendre en compte cette donnée à titre informatif mais ne pas en faire son critère n°1 de recherche. 

Bien qu’ayant augmenté ces dernières années, le numerus clausus reste faible compte tenu des candidats, de plus en plus nombreux. Dès 2017, 499 places supplémentaires ont été annoncées par Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, mais seuls une vingtaine de facultés sur 42 sont concernées par ce changement. Cette mesure a été mise en place afin de pallier au problème des déserts médicaux. Néanmoins, malgré cette mesure positive, la sélectivité est toujours de mise pour le passage en deuxième année car seulement 20% environ des étudiants de Première année passent en deuxième année en Île-de-France. 

A titre d’exemple, nous mentionnerons ci-dessous les numerus clausus des trois facultés parisiennes les plus prestigieuses à savoir Paris 5, Paris 6 et Paris 7 (par filières) de l’année 2015-2016. Les résultats 2017 sont encore attendus. 

Numerus clausus de Paris 5 : 

Maïeutique : 31 places

Médecine : 351 places

Odontologie : 40 places

Pharmacie : 112 places 

Numerus clausus de Paris 6 : 

Maïeutique : 30

Médecine : 313

Odontologie : 36

Pharmacie : 115

Numerus clausus de Paris 7 :

Maïeutique : 27

Médecine : 327

Odontologie : 41

Pharmacie : 105

 Les différentes passerelles 

« Faire Médecine », c’est passer un concours d’entrée et un concours de sortie. Comme tout concours, l’élève peut réussir ou échouer. Il est donc important, en entamant la Première année de médecine, de mettre toute son énergie dans la réussite de ses études, mais en parallèle de cela, il faut pouvoir avoir un plan B si les choses ne se passent pas tout à fait comme prévu… Il est donc important de bien se renseigner en amont sur les différentes passerelles réalisables tout au long du cursus. Il existe des partenariats entre facultés et écoles du domaine paramédical ou biomédical, bonne alternative pour des étudiants qui souhaitent se réorienter. 

Les facultés commencent de plus en plus à développer ce genre de partenariat compte tenu de leur forte attractivité auprès des élèves. Et ce d’autant plus, que l’élève ne peut réussir son concours qu’en étant primant ou doublant. Il ne peut donc passer le concours que deux fois. En cas de deuxième échec, il ne peut plus aspirer à sa vocation, c’est une dure réalité.  C’est pourquoi, réussir en Médecine ne s’improvise pas. Il convient d’effectuer une préparation complète bien en amont et en parallèle de sa scolarité. 

Aux Cours Thalès, nous avons compris ce besoin de se préparer le plus tôt possible. C’est pourquoi, nous proposons une préparation dès la Terminale.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter notre page d’information sur la Prépa Médecine Anticipée dès la Terminale ou nous appeler au 01 42 05 41 36. 

Futurs étudiants, bon courage ! 

 

 

 

Identifiez-vous




Mot de passe oublié

Veuillez saisir votre adresse mail.

 




Saisissez vos coordonnées pour accéder à l'intégralité des cours de Physique :