Percée des écoles privées dans le classement 2018 des écoles d’ingénieurs

C’est sous forme d’un outil interactif qui permet d’effectuer divers tris et de consulter différents classements que L’Usine Nouvelle propose de découvrir son palmarès 2018 des écoles d’ingénieurs paru courant février.
Ce sont pas moins de 130 écoles qui se sont vues noter sur 14 indicateurs, parmi lesquels figurent les 4 suivants qui sont ceux ayant le plus de poids : le salaire des diplômés, l’emploi à l’étranger, la part d’enseignants chercheurs et les diplômés proposés. L’équipe responsable de ce projet a travaillé exclusivement à partir des données fournies par la Commission des titres d’ingénieur.
N’hésitez pas à suivre ce lien pour accéder au site de L’Usine Nouvelle et pour en savoir plus sur son classement 2018 des écoles d’ingénieurs. On note en particulier cette année les excellents résultats de différentes écoles privées, dont certaines parviennent à faire jeu égal avec l’indétrônable Polytechnique en matière de salaires de sortie.

Polytechnique occupe le devant de la scène, mais ça bouge derrière.

Contrairement au classement concurrent proposé par le magazine L’Étudiant, celui de L’Usine Nouvelle met en avant l’insertion professionnelle qui bénéficie, à égalité avec la dimension internationale des études, du plus fort coefficient, loin devant la recherche et l’entrepreneuriat. C’est la principale raison du bond en avant des écoles privées qui obtiennent d’excellents résultats sur ces deux paramètres.
Avec deux représentantes dans le top 10 et six dans le top 20, les écoles privées n’avaient encore jamais trusté autant de places parmi les meilleures. Si l’école Polytechnique occupe invariablement la première place du classement, on note de vrais changements dans la hiérarchie des poursuivants.

Des évolutions spectaculaires pour certaines écoles privées

L’EPITA, école de l’intelligence informatique basée à Paris, est en effet passé de la 26e à la 12e place du classement général, une belle progression dans le haut du tableau. Et elle ne le doit pas à la recherche puisqu’elle est 125e sur ce critère, bien loin des meilleurs. Il est par contre intéressant de noter que pour le critère de l’insertion professionnelle, l’EPITA s’offre une étonnante 3e place. Ce critère est basé sur le salaire annuel brut médian un an après la fin du cursus, le pourcentage de diplômés de l’avant-dernière promotion en poste en CDI ainsi que de ceux ayant signé un contrat de travail en moins de deux mois (coef. 4) et enfin la durée des stages en entreprises au cours des études.
Autre privée ayant fait un bond au classement, l’ESTACA, école spécialisée dans la formation d’ingénieurs automobile, aéronautique, spatial et ferroviaire, est en effet passée de la 25e à la 8e place, avec le 5e rang pour l’insertion. 100% des diplômés signent un contrat de travail dans les quatre mois suivant la fin de leurs études et pour 92% d’entre eux c’est un CDI.

La recherche reste la chasse gardée des écoles publiques.

Comment estimer la qualité de la recherche dans une école d’ingénieur. L’Usine Nouvelle a appliqué le cocktail suivant : pourcentage d’enseignants ayant une activité de recherche (coefficient 10), pourcentage de diplômés effectuant une thèse (coefficient 10), nombre de thèses effectuées sous la responsabilité d’un personnel de l’école lors de la dernière année civile (coefficient 5). Pas de surprise dans ce domaine, Polytechnique se classe 2e juste derrière l’École Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles de la ville de Paris (ESPCI).

L’importance du premier salaire

Le classement prend également en compte le salaire des diplômés un an après leur sortie. Et contre toute attente, certaines écoles privées rivalisent avec les ténors du classement. C’est notamment le cas de l’ESILV, École Supérieure d’Ingénieurs Léonard-de-Vinci, dont les diplômés touchent en moyenne 44 k€… comme ceux de Polytechnique. Ceux de l’EPITA se classent juste en dessous avec 41 k€. Cela s’explique en grande partie par une demande bien supérieure à l’offre dans des domaines en plein essor tels que l’informatique ou l’aéronautique.

Classement des écoles d’ingénieurs 2018 réalisé par l’Usine Nouvelle

[table “64” not found /]

Comparez ce tableau avec le classement 2017 des écoles d’ingénieurs

Identifiez-vous

 


Mot de passe oublié

Mot de passe oublié ?

 



Saisissez vos coordonnées pour accéder à l'intégralité des cours de Physique :